Sélectionner une page
Eric Sénéchal, Co-fondateur de Brainify

Eric Sénéchal, Co-fondateur de Brainify

Brainify édite des solutions visant à améliorer la performance commerciale des e-commerçants.

Présentez-nous vos Alumni

J’ai participé aux deux premières cessions du programme.

J’ai eu deux profils d’étudiantes très différents :

  • Serena, une italienne étudiante à Science Po
  • et Si, une chinoise étudiante en école de commerce à Kedge business School.

Je cherchais des profils en cohérence avec les besoins de mon entreprise (internationalisation pour l’une, contrôle de gestion pour l’autre).

Les deux expériences ont été différentes mais très positives.

Vos Alumni ont-elles pu approcher votre entreprise ?

Serena y a effectué un stage, elle a réalisé une étude de marché sur l’internationalisation de Brainify.
Elle a pu mettre en pratique sa méthodologie de Sciences Po.
Serena s’est très bien intégrée à l’entreprise, a vécu l’effervescence, le mode « sprint » et l’agilité d’une Start Up.
Nous avons gardé le contact et elle sait qu’elle peut m’appeler si elle a besoin de conseils.

Quant à Si, elle a visité mon entreprise, a partagé les enjeux du financement d’une Start Up.
Nous avons passé du temps ensemble à échanger sur nos cultures : elle a vécu une expérience très différente qui l’a je crois mise face à des choix de vie.
Ces échanges m’ont beaucoup apporté.
Si s’est également beaucoup investie dans le programme Alumni et cela l’a aidée à s’intégrer.

Quel genre de parrain êtes-vous ?

J’essaye d’inviter mes Alumni dans mon écosystème professionnel en les conviant à des événements du Digital afin qu’ils en mesurent la dynamique.

J’aime bien que le lien déborde de la sphère professionnelle.
J’ai rencontré la mère et le frère de Serena avec qui nous sommes allés déguster des huitres sur le bassin d’Arcachon.

Si est venue à la maison, m’a demandé mon avis concernant le CV de son copain.

Elles ont toutes les deux rencontré ma famille.

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer au programme Alumni ?

Quand je suis arrivé à Bordeaux il y a 12 ans j’ai été accompagné par BGI avec qui j’ai gardé des liens assez forts, ce sont mes anges gardien.

Quand ils m’ont sollicité pour Bordeaux Alumni, j’ai naturellement répondu présent et nous avons formé le premier duo.

Et je rempile.

Quel sens donnez-vous à cette démarche ?

On s’enrichit personnellement en découvrant d’autres cultures et d’autres façons de penser, une autre vision, d’autres méthodes qui sont autant de matières pour échanger.

François de Laâge de Meux, Directeur régional du cabinet d’avocat Fidal Aquitaine Limousin

François de Laâge de Meux, Directeur régional du cabinet d’avocat Fidal Aquitaine Limousin

Comment avez-vous entendu parler du programme Alumni

Par Caroline Pédezert qui travaille pour Invest in Bordeaux

Présentez-nous votre filleul ?

J’ai eu deux filleuls, deux juristes en master de Droit International.
La relation a été très différente d’un filleul à l’autre mais toujours enrichissante.
Je suis tombé sur deux profils très motivés par les études, un Africain et une Belge d’origine turque, tous deux conscients de leur chance d’avoir intégré un tel programme.

Qu’avez-vous fait avec ou pour vos alumni?

Je les ai rencontrés très régulièrement, je les ai pris en stage, les ai conseillés sur leurs CV, leurs études, je leur ai fait rencontrer du monde.
J’ai invité mon premier alumni à dîner et à passer Noël avec nous en famille.

Une anecdote liée à votre filleul ?

Donald qui était ivoirien a mangé des huitres et du foie gras pour la première fois avec nous le jour de Noël.

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à Alumni?

Je trouvais l’expérience intéressante car elle permet de décloisonner et d’avoir une ouverture sur la jeunesse, notamment internationale.
Cette relation exclusive dans un cadre formalisé permet à deux mondes qui ne se côtoieraient pas de se rencontrer et de profiter de la relation.
Et puis je trouve important de donner de son temps et de se faire ambassadeur de sa ville.

Quel sens donnez-vous à cette démarche?

Je suis très pro parrainage.
C’est un système vertueux assez simple à mettre en œuvre.
C’est une chance d’avoir un parrain.
C’est également une chance d’avoir un filleul qui nous apporte sa fraîcheur.
J’ai toujours des relations avec mon premier filleul (pour la deuxième c’est trop tôt pour dire) qui m’a encore appelé il y a 3 jours, il m’appelle parrain.
Je recommencerai l’aventure.

Dominique Piel, Gérant de Capi consult*

Dominique Piel, Gérant de Capi consult*

Dominique Piel, en binome avec Andrès, étudiant colombien de Sciences Po Bordeaux.
Capi consult est une entreprise de conseil et formation dans la prévention des risques professionnels.

Comment avez-vous entendu parler du programme Alumni ?

Par son président et par des parrains que je connaissais et qui m’avaient briefé sur le programme et donné envie d’y prendre part.

Présentez-nous votre filleul de cette promotion 2016

Andrès est colombien et étudie à Sciences Po Bordeaux.

La relation a-t-elle fonctionné ?

Parfaitement ! D’autant plus qu’Andrés est quelqu’un de très agréable et sociable.

Qu’avez-vous appris à votre Alumni ?

La dégustation des huîtres, du foie gras et des vins de la région. Au-delà de ça, nous avons beaucoup échangé sur les principales caractéristiques de nos pays respectifs tant au niveau culturel, politique qu’économique.

Qu’avez-vous appris de votre Alumni ?

En lui présentant mon épouse et mes enfants, Andrès a pu apporter une vraie ouverture d’esprit, une vision autre sur le monde à mes ados.

Qu’avez-vous fait avec ou pour votre Alumni ?

Nous avons fait quelques immersions en famille et je l’ai mis en relation avec mon carnet d’adresses pour un stage.

Votre Alumni a-t- il pu s’immerger dans le monde de l’entreprise française ?

Compte tenu de son programme scolaire très chargé, il n’a pas pu passer de temps dans mon entreprise. Mon précédent Alumni qui était chinois et étudiant en informatique avait quant à lui passé trois mois en stage dans mon entreprise.

Une anecdote liée à votre filleul ?

Je suis pilote d’avion, j’ai emmené Andrès faire un survol du Bassin d’Arcachon. Il est définitivement plus à l’aise les pieds sur terre !

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à Bordeaux Alumni ?

La possibilité d’échanger et de promouvoir notre si belle et dynamique ville.

Quel sens donnez-vous à cette démarche?

C’est une véritable ouverture d’esprit pour l’Alumni mais aussi et surtout pour le parrain que je suis.

Etudiante belgo turque, Cicek Keskin est à Bordeaux grâce au programme Erasmus

Etudiante belgo turque, Cicek Keskin est à Bordeaux grâce au programme Erasmus

Elle est en Master 1 de Droit Européen et International à l’Université de Bordeaux.
Elle appartient à la communauté Bordeaux Alumni.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré vrai ?

Le cliché concernant le vin, sa consommation, sa production, sa place dans l’économie bordelaise.

Bordeaux ville chère ?

Dans la vie quotidienne je ne vois pas de réelle différence avec la Belgique si ce n’est sur le prix de la bière. En Belgique avec 10€ on peut passer une bonne soirée !!

Un bon plan à partager ?

Chaque semaine, l’association de CouchSurfing organise des événements (pique-nique, soirées dans un pub, anniversaires, fêtes thématiques…). Pour une étrangère, c’est le moyen idéal pour rencontrer des personnes françaises et étrangères.

Vos promenades favorites dans Bordeaux ?

Je commence toujours à la Victoire. Je prends la rue Sainte-Catherine puis les quais. Dans l’idéal je prends le Batcub qui va dans le bas Lormont avant de rentrer aux Quinconces. Cette promenade permet également de montrer Bordeaux à mes amis en visite.

Ce que vous êtes fière de montrer ?

La Place et la tour Pey Berland, la Place des Quinconces, le Grand Théâtre. Le Miroir de l’eau et la Place de la bourse, c’est ce qui plaît le plus.

Votre lieu de sortie favori ?

Les soirées passées sur les marches du miroir d’eau, dès mon arrivée en septembre, j’ai pris l’habitude d’acheter du fromage, des chips et une bouteille de vin et de m’y installer pour profiter de l’ambiance et de la vue.

Votre bilan bordelais ?

Grâce au programme de Bordeaux Alumni, j’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de monde et de me faire des amis internationaux avec lesquels je compte bien rester en contact.

La plus grosse qualité de Bordeaux ?

Ses vins et son architecture.

Votre monument préféré ?

La fontaine de la Place de Quinconces.

Votre place préférée ?

La Place du Parlement le soir.

Votre poète français préféré ?

Jacques Prévert et son poème :
Trois allumettes une à une allumées dans la nuit
La première pour voir ton visage tout entier
La seconde pour voir tes yeux
La dernière pour voir ta bouche
Et l’obscurité tout entière pour me rappeler tout cela
En te serrant dans mes bras

Qui est votre parrain et comment s’appelle son entreprise ?

Mon parrain est Mr François de Laâge de Meux, Directeur régional de Fidal, une société d’avocats leader du droit des affaires en France.

Votre parrain a-t-il joué le jeu de Bordeaux Alumni ?

Oui, je suis très heureuse de l’avoir rencontré, il m’a donné l’opportunité de faire un stage à Fidal. On s’est souvent vu pour parler de choses et d’autres, il m’a donné des conseils sur les choses à faire dans Bordeaux.
J’ai préparé pour Fidal une présentation sur un sujet très intéressant en rapport avec mes études.
L’atmosphère de la société est assez conviviale et familiale. Il y règne une très bonne ambiance.
En juillet, je vais effectuer un stage en Belgique, mais je doute que l’atmosphère y soit aussi agréable.

Bordeaux Alumni…. et après ?

Pour commencer, je vais proposer aux belges qui viennent à Bordeaux de participer à ce programme.
Ensuite, je veux faire quelques visites : au Maroc, en Chine, aux USA… et aller rencontrer les Alumni de tous ces pays.
Ils sont tous bienvenus en Belgique, nous sommes une communauté et devons entretenir le contact.

Didier Thibaud est directeur de Johanès Boubée, filiale du groupe Carrefour spécialisée dans le vin

Didier Thibaud est directeur de Johanès Boubée, filiale du groupe Carrefour spécialisée dans le vin

En binôme avec Mariachiara Filosa (Promo 2015) et Emilia VIdal (Promo 2016)

Pourquoi cet engagement ?

J’accompagne des jeunes en réinsertion via « Nos quartiers ont du talent ». Certains jeunes exceptionnels ne trouvent pas de travail pour une histoire d’origine, j’aime m’investir pour eux.
Pour les Alumni c’est la même démarche : une belle idée et une belle initiative pour l’image de Bordeaux.
C’est ma deuxième expérience avec Bordeaux Alumni.

Présentez-nous vos Alumni ?

Parmi les nombreuses candidatures, j’ai plutôt recherché un profil avec des compétences dans le domaine du vin.
La première année j’ai parrainé Mariachiara, étudiante italienne à Bordeaux Sciences Agro et cela c’est très très bien passé. Mariachiara avait soif d’apprendre, était très impliquée et intéressée par le vin.
Elle a passé du temps dans notre entreprise via des stages ou en participant à des salons.
Nous lui avons trouvé un stage en Champagne et nous sommes toujours en contact, elle me tient au courant de ses aventures.

Cette année j’ai choisi un profil différent, plus axé sur la logistique. Mon Alumni Emilia est slovaque, c’est une étudiante à Kedge, elle souhaitait apprendre la Supply chain, métier que je connais bien.
Elle a pu voir le fonctionnement de nos entrepôts, a participé à un stage.
Nous lui avons proposé un stage en Pologne mais elle a finalement trouvé une formation en Slovaquie.

Mes Alumni sont régulièrement venus lorsque nous organisons des pots, des événements dans l’entreprise, nous les intégrons à la vie de l’entreprise dès que cela est possible.

Bordeaux Alumni, et après ?

Je rempilerai, j’éprouve du plaisir à échanger avec la jeunesse, ils ont une vision différente et les échanges sont bons et stimulants.
Ces jeunes me donnent le sentiment d’apporter quelque chose et de les aider.

Tommaso Nicolato, étudiant à Bordeaux Sciences Agro

Tommaso Nicolato, étudiant à Bordeaux Sciences Agro

Thomas arrive de Vicenza au Nord de l’Italie, région connue pour l’orfèvrerie, les villas d’Andrea Palladio et le vin. Le Veneto est en effet la première région viti vinicole d’Italie.
Tommaso a étudié l’œnologie à Padoue.

A Bordeaux il est étudiant boursier dans un master international de Bordeaux Sciences Agro et de l’ISVV Institut des Sciences de la Vigne et du Vin). Il rêve de diriger un domaine viticole. Il est en stage chez Sovivins et a également effectué un stage au Chateau Palmer.

Première vision de Bordeaux, premières impressions ?

Une ville magnifique, marquée par l’air de l’Atlantique.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré vrai ?

Les repas sont très copieux !

Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les étudiants étrangers ?

Oui, c’est une ville très accueillante.

Bordeaux ville dynamique?

Très dynamique, pendant mon séjour de deux ans j’ai observé beaucoup de changements et l’émergence de nouveaux projets.

Les étudiants français sont-ils accueillants vis à vis des étudiants étrangers ?

Ils ne sont pas particulièrement accueillants mais je pense que c’est aussi aux étudiantes étrangers d’essayer de s’intégrer.

Un lieu bordelais très « étudiant étranger friendly » ?

Le quartier Saint-Michel !

Bordeaux ville chère ?

Par apport au Nord de l’Italie, la vie y est plus chère de 25% à peu près.

Vos promenades favorites dans Bordeaux ?

Le marché des capucins, Saint Michel, les quais, le Jardin Public.

Ce que vous êtes fier de montrer ?

La Place de la Bourse.

Avez-vous déjà partagé le repas d’une famille bordelaise ?

Oui, j’ai essayé de limiter le foie gras, mais pour le reste c’était super !

Bordeaux ville de labeur ?

La juste quantité.

Bordeaux ville de privilégiés ?

Non

Bordeaux ville pleine d’énergie ?

Oui

Bordeaux ville connectée ?

Oui

Bordeaux ville cosmopolite ?

Oui

Votre avis sur le campus bordelais ?

Il est bien organisé mais un peu moche.

La culture est-elle accessible aux étudiants étrangers ?

Oui

Votre musée préféré ?

Le Musée d’Aquitaine.

Votre lieu de sortie favori ?

Le Jardin public

Bordeaux en trois mots clefs ?

Vin, Jazz, Lumière.

Votre année bordelaise ressemble-t-elle à ce que vous aviez imaginé ?

J’ai beaucoup aimé la ville et j’ai réalisé que je pourrais projeter d’y rester.

Votre quartier préféré ?

Saint Michel

Que percevez-vous de la jeunesse française ? Bordelaise ?

Elle n’aime pas trop faire la cuisine et prend presque tous ses repas dehors.

Que pensez-vous de la relation que Bordeaux entretient avec son vin ?

C’est une belle relation, mais il faut connaître les bons endroits pour ne se faire pas « avoir ».

La plus grosse qualité de Bordeaux ?

Le tram, la propreté.

Votre place préférée ?

La Place de la Bourse

Votre expression bordelaise favorite?

Gavé

Un souvenir précieux ?

Une bouteille de vin d’un grand château.

Vous reviendrez à Bordeaux ?

Sûrement

Une chose à dire, à demander au maire de Bordeaux ?

Il faut améliorer le quartier de la place de la Victoire qui est dans un mauvais état.

Qu’est ce qu’Alumni en quelques mots ? Qu’est-ce que le programme Alumni ?

Un lieu de rencontre et de partage pour connaître la culture bordelaise.

Resterez-vous en contact avec la communauté Alumni ?

Je resterai en contact avec mon parrain.

Qui est votre parrain et comment s’appelle son entreprise?

Denis Sabouret, il est directeur de la Tonnellerie Nadalié.

Votre parrain a-t-il joué le jeu d’ALUMNI?

Oui ! Notre relation est très vraie, on n’a jamais fait semblant, on s’est vraiment confronté sur différentes thématiques et je sais que je peux toujours lui demander un avis personnel.

Avez-vous pu approcher son entreprise ?

Oui

Si oui quelles ont été vos impressions sur son entreprise ?

Un exemple de qualité

Avez-vous rencontré sa famille? Vous a t-il invité chez lui ?

J’ai rencontré sa femme et on va organiser un dîner tous ensemble un jour !

Que retenez-vous de cette expérience ?

J’ai bien aimé la partie humaine de Bordeaux Alumni, je crois que j’ai eu beaucoup de chance.

Bordeaux Alumni…. et après? Comment voyez-vous la suite?

Apres je voudrais rester en contact avec Denis, et j’espère le voir un jour chez moi, pour lui montrer ma région. Je souhaite que Bordeaux Alumni puisse continuer !