Sélectionner une page

Abdel-Nasser KINEFOUR est un jeune tchadien de 28 ans.
Il était étudiant en formation continue à l’IAE de Bordeaux en Master 1 Management au moment où il a intégré le programme Bordeaux Alumni.

Actuellement en master 2 de Géo économie et intelligence stratégique à IRIS à Paris.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré vrai ?

La fierté bordelaise, les bordelais sont assez réservés.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré faux ?

Les bordelais sont arrogants.

Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les étudiants étrangers ?

Oui.

Bordeaux ville dynamique ?

Pas vraiment.

Les étudiants français sont-ils accueillants vis à vis des étudiants étrangers ?

Très accueillants, j’ai eu des collègues fantastiques.

Un lieu bordelais très « étudiant étranger friendly » ?

La Place de la Victoire.

Bordeaux ville chère ?

Non, pas vraiment.

Vos promenades favorites dans Bordeaux ?

Le long des quais.

Sortir de Bordeaux pour aller où ?

A Arcachon.

Ce que vous êtes fier de montrer ?

La beauté de la ville, l’architecture des bâtiments, les monuments.

Avez-vous déjà partagé le repas d’une famille bordelaise ?

Oui.

Êtes-vous déjà entré dans un intérieur bordelais ?

Oui.

Bordeaux ville de labeur ?

Oui.

Bordeaux ville pleine d’énergie ?

Quand même oui.

Bordeaux ville connectée ?

Oui.

Bordeaux ville cosmopolite ?

Le monde en miniature.

La culture est-elle accessible aux étudiants étrangers ?

Oui.

Votre lieu de sortie favori ?

La Place de la victoire.

Votre bilan bordelais ?

Positif : beaucoup de belles rencontres et de partage.

Votre année bordelaise ressemble t- elle à ce que vous aviez imaginé ?

Non, je m’attendais à une intégration difficile, à un coût de la vie plus cher.

Votre quartier préféré ?

Saint Michel.

Que percevez-vous de la jeunesse française ? Bordelaise ?

C’est une jeunesse qui a envie de découvrir le monde.

Que pensez-vous de la relation que Bordeaux entretient avec son vin ?

C’est particulier, presque sacré…

Vous travailliez chez vous ? Dans les bibliothèques ? Ailleurs ?

Chez moi, dans les bibliothèques et dans des cafés.

Le plus gros défaut de Bordeaux ?

Le manque d’emploi.

Votre place préférée ?

La Place de la bourse (le miroir d’eau).

Votre expression bordelaise favorite ?

L’utilisation du mot « gavé ».

Un souvenir précieux?

La soirée d’ouverture du programme Alumni.

Que rapporter de Bordeaux ?

Du vin.

Vous reviendrez à Bordeaux ?

Sûrement. Pourquoi pas pour y travailler…

Une chose à dire, à demander au Maire de Bordeaux ?

Booster l’économie de la ville pour créer un peu plus d’emplois.

Le plus beau projet pour la ville ?

Darwin Évolution système.

Votre « événement » bordelais préféré ?

La fête du fleuve.

Qu’est-ce qu’Alumni en quelques mots ?

C’est une autre façon pour la ville de s’ouvrir au monde via la jeunesse.

Resterez-vous en contact avec la communauté Alumni ?

Oui, nous devrions consolider et entretenir ce réseau qui est d’une richesse inouïe.

Qui est votre parrain et comment s’appelle son entreprise ?

Mon parrain est François-Xavier Godfroy. C’est le patron d’une Start-up dans les énergies renouvelables basée à LA TEST-DE-BUCH.

Votre parrain a-t-il joué le jeu d’ALUMNI ?

Oui à fond !

Avez-vous pu approcher son entreprise ?

Oui je l’ai visitée.

Si oui quelles ont été vos impressions sur son entreprise ?

Qu’elle a un avenir prometteur.

Avez-vous rencontré sa famille ? Vous a t-il invité chez lui ?

Oui j’ai rencontré sa famille lors d’un diner chez lui. J’y étais avec mon épouse.

Que retenez-vous de cette expérience ?

C’est une excellente initiative, j’ai rencontré des jeunes étudiants ambitieux. Les parrains étaient également disponibles pour conseiller les Alumni, même ceux qui ne sont pas leurs filleuls.

Bordeaux Alumni…. et après ? Comment voyez-vous la suite ?

Je vais entretenir la connexion et les échanges au sein de cette « communauté » et garder toujours dans le cœur la ville qui nous a permis de la constituer.