Sélectionner une page

Donald DAYORO était inscrit à l’Université de Bordeaux , en Master 1 Droit et sciences, mention Droits international et européen, spécialité droit international.

Première vision de Bordeaux, premières impressions ?

Une ville aux couleurs ternes et plutôt vieille.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré vrai ?

Les bordelais, mais pas seulement eux, sont pour la plupart distants.

Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les étudiants étrangers ?

Absolument. En attestent tous les moyens mis en œuvre par la ville et l’université pour permettre une intégration facile des étudiants étrangers.
Le Programme Bordeaux Alumni en est un exemple édifiant au travers de son parrainage. Il met en relation des étudiants des universités bordelaises avec des acteurs économique de la Métropole.
Mon parrain, François de Laâge de Meux, directeur de Fidal Bordeaux (premier cabinet de Droit des affaires en Europe en 2015) a été d’un soutien inestimable. Il m’a offert de précieux conseils et des opportunités, je lui en suis très reconnaissant.

Bordeaux ville dynamique ?

Certainement, Bordeaux est une ville cosmopolite où se multiplient les événements culturels et les rendez-vous d’affaires.
J’ai en souvenir une rencontre avec le GAFF (Groupe des Ambassadeurs Francophones de France) à la mairie de Bordeaux où nous avons pu échanger avec les ambassadeurs de pays membres de l’OIF (organisation internationale de la francophonie) au sujet du maintien de la paix et la promotion de l’éducation en Afrique.

Les étudiants français sont-ils accueillants vis à vis des étudiants étrangers ?

Les étudiants français primo-arrivant à Bordeaux sont très accueillants tandis que les étudiants français de Bordeaux sont assez réservés.

Un lieu très « étudiant étranger friendly » ?

Les soirées étudiantes, « ERASMUS », et les nombreuses sorties organisées par l’Université. Les associations étudiantes qui organisent des concerts à des tarifs accessibles.

Bordeaux ville chère ?

Oui, plutôt, bien que de nombreux avantages soient accordés aux étudiants pour amortir le coût de la vie : environ 17 € par mois pour les transports.
La carte jeune offre un accès gratuit aux musées et des réductions dans les cinémas et à l’opéra.

Un bon plan à partager ?

Les visites de vignobles et châteaux organisées par l’Office de Tourisme, entre 5 et 10 € lorsque la visite est organisée par l’université. Les dégustations organisées par les étudiants de Bordeaux sciences agro.
Et par-dessus tout, le programme « Bordeaux ALUMNI ».

Vos promenades favorites dans Bordeaux ?

Les quais, le parc de Peixotto.

Sortir pour aller où ?

Aux musées, au cinéma, au Bowling.

Ce que vous êtes fier de montrer ?

Le miroir d’eau.

Avez-vous déjà partagé le repas d’une famille bordelaise ?

Oui, le repas de Noël avec la très chaleureuse et formidable famille de mon parrain dans le cadre du Programme Bordeaux ALUMNI.

Êtes-vous déjà entré dans un intérieur bordelais ?

Oui, j’ai eu l’opportunité de visiter la maison de mon parrain.

Bordeaux ville de labeur ?

Dans les vignobles et à la faculté, c’est sûr.

Bordeaux ville pleine d’énergie ?

Oui, en perpétuel changement, dynamique.

Bordeaux ville cosmopolite ?

Assurément, c’est un des charmes de la Ville.

Votre avis sur le campus bordelais ?

Assez vivant, chaleureux, j’y résidais.

La culture est-elle accessible aux étudiants étrangers ?

Très accessible pour peu qu’on s’y intéresse.

Votre musée préféré ?

Le musée d’Aquitaine.

Votre bilan bordelais ?

La meilleure expérience de ma vie. Aucun regret et beaucoup de nostalgie.

Bordeaux en trois mots clefs ?

Cosmopolite, dynamique et fantastique.

Comment percevez-vous le tissu économique bordelais ?

Le potentiel est fort et varié.

Votre année bordelaise ressemble t- elle à ce que vous aviez imaginé ?

Elle a surpassé mes attentes.
D’un point de vue académique, j’y ai reçu une formation de qualité et d’un point de vue social j’y ai fait des rencontres passionnantes.
Mention spéciale au programme Bordeaux ALUMNI qui m’a permis d’entrer en contact avec le monde socio-professionnel français et bordelais. J’ai eu, grâce à mon parrain, mes premières expériences professionnelles en France : un stage de 6 semaines au sein du département droit public de Fidal Bordeaux et je suis actuellement en stage à Fidal Paris au sein du Desk Afrique.

Votre quartier préféré ?

La victoire

Que pensez-vous de la relation que Bordeaux entretient avec son vin ?

Une relation très intime : comme si toute la ville vivait au rythme du vin. Bordeaux aurait été un corps que le vin en serait le sang.

La plus grosse qualité de Bordeaux ?

Son cosmopolitisme.

Ce qui ne doit pas changer ?

Son ouverture sur le monde.

Votre place préférée ?

La place de la Bourse.

Votre poète français préféré ?

Arthur Rimbaud.

Un souvenir précieux ?

Le repas de Noël pris avec la grande famille de mon parrain. Un moment riche d’émotion à jamais gravé dans ma mémoire.

Vous reviendrez à Bordeaux ?

Absolument et le plus souvent possible.

Le plus beau projet pour la ville ?

La Cité des Civilisations du Vin qui devrait attirer toujours plus de monde dans la métropole bordelaise et renforcer cette image de ville ouverte sur le monde.

Bordeaux Alumni…. et après ?

Je poursuis mes études à Paris pour le master 2 recherche droit international public à l’Université Panthéon-Assas.
J’espère que l’aventure sera tout aussi belle, la vie parisienne a moins de charme à première vue.

En tout état de cause, le plus important reste de terminer ma formation. Une fois de retour dans mon pays, je souhaite partager cette expérience bordelaise, communiquer sur l’ouverture de la métropole et aider à mettre en place un modèle aussi attrayant et efficace que celui qu’ offre Bordeaux et qui lui vaut d’être la première destination européenne.

Je ne remercierai jamais assez BGI et mon parrain et je souhaite aux Alumni de la prochaine promotion de s’épanouir au sein du programme.

Interview réalisé par Guillemette Bardinet pour Invest In Bordeaux