Sélectionner une page

Claire était étudiante à l’Université Bordeaux Montaigne.
Venue à Bordeaux pour y enseigner, Claire a finalement créé une relation avec la France qui pourrait s’ancrer dans la durée.

Première vision de Bordeaux, premières impressions ?

Je suis arrivée à Bordeaux en septembre 2013 pour enseigner l’anglais dans une école primaire à Bègles (en tant qu’assistante de langue dans le cadre du programme TAPIF). Ma première impression fût celle d’une jolie ville au mode de vie décontracté.

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré vrai ?

Qu’il y a du vin rouge partout !

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est avéré faux ?

Que les Français n’aiment pas trop les Américains.

Bordeaux ville dynamique ?

Oui, à plusieurs égards : musique, restauration, associations, festivals, cinéma…

Les étudiants français sont-ils accueillants vis à vis des étudiants étrangers ?

Oui. Je me suis fait de très bons amis dans mon master « Recherche en études littéraires » à Bordeaux Montaigne.

Bordeaux ville chère ?

Par rapport à Los Angeles ou j’ai vécu, pas chère du tout. Grâce aux aides de la CAF j’avais un grand appart avec une petite terrasse pour 445 € par mois. Il existe des « plans » peu coûteux pour profiter des sorties, même si le restaurant peut revenir cher.

Justement, un « bon plan » à partager ?

Le bar Vintage (sur les quais ou à la Grosse cloche, il y en a 2) : Happy hours avec une assiette de charcuterie offerte.

Vos promenades favorites dans Bordeaux ?

Dans les quartiers Fernand Lafargue, Saint Pierre, Parlement, Saint Michel, Hôtel de Ville.

Sortir de Bordeaux pour aller où ?

Sur le bassin d’Arcachon, le lac de Cazaux, dans les Pyrénées, à Toulouse.

Ce que vous êtes fière de montrer?

Le centre-ville, les quais, le miroir d’eau, la Place de la Bourse.

Bordeaux ville de labeur ?

Oui

Bordeaux ville de privilégiés ?

Oui

Bordeaux ville pleine d’énergie ?

Une énergie plutôt calme mais une bonne énergie quand même.

Bordeaux ville connectée ?

Oui, branchée et connectée.

Votre avis sur le campus bordelais?

Peut-être que je suis un peu gâtée après 4 ans d’études à Berkeley qui a un campus magnifique mais celui de Bordeaux 3 ne fait pas rêver.

La culture est-elle accessible aux étudiants étrangers ?

Oui

Votre musée préféré ?

La Galerie des Beaux-Arts.

Votre lieu de sortie favori ?

Le Bootleg (boîte), le Santosha, l’Assiette musicale (restaurant associatif de la rue Bouquière).

Bordeaux en trois mots clefs ?

Joli, tranquille, chaleureux.

Votre année bordelaise ressemble-t-elle à ce que vous aviez imaginé ? Si oui en quoi, si non en quoi est-elle différente ?

Quand je suis arrivée à Bordeaux pour TAPIF (programme d’assistants en langue), je n’imaginais pas rester pour un an de plus. Mais après avoir y passé une année incroyable et y avoir rencontré mon copain, j’ai décidé de m’inscrire à la fac et de devenir complètement bilingue.
Le fait est que les frais d’inscription en France sont beaucoup moins chers qu’aux Etats-Unis.
Quand je dis à mes amis que je paie seulement 475 euros par an pour mes études ils ne me croient pas ! Une année d’études à Berkeley coûte au moins 13 000 dollars.
La décision de rester à Bordeaux était donc à la fois économique (je ne serai pas endettée après mes études) et personnelle (devenir bilingue, rester avec mon copain, découvrir la France et l’Europe).

Votre quartier préféré ?

Saint Paul, autour de la place Fernand Lafargue.

Que percevez-vous de la jeunesse française, bordelaise?

Je la ressens comme sympa, intéressée par les étrangers, aimant bien discuter.

Vous travailliez chez vous ? Dans les bibliothèques ? Ailleurs ?

Dans les bibliothèques quand elles étaient ouvertes, sinon chez moi. Parfois dans des cafés (Books and Coffee, Verde Nero).

Le plus gros défaut de Bordeaux ?

Les horaires de certains commerces : banques, postes…

La plus grosse qualité de Bordeaux ?

C’est une ville à la taille humaine, il est simple de s’y déplacer : à pied, à vélo… Et on y mange bien.

Votre expression bordelaise favorite ?

C’est gavé bon !

Votre poète français préféré ?

Baudelaire

Un souvenir précieux ?

Avoir regardé les feux d’artifice du 14 juillet sur le toit d’un ami qui habitait au dernier étage dans un appart du cours du Chapeau Rouge.

Votre « événement » bordelais préféré ?

La Fête de la musique, la fête du vin.

Qu’est-ce que le programme Alumni.

C’est un programme qui met en relation des chefs d’entreprise et des étudiants internationaux pour permettre à ceux-ci de s’intégrer au niveau économique et professionnel.

Alumni en quelques mots?

Parrainage, direction, partage.

Resterez-vous en contact avec la communauté Alumni ?
Je l’espère bien.

Qui était votre marraine et comment s’appelle son entreprise ?

Ma marraine était Mariette Brenier, elle travaillait pour Mercer Design, agence de design graphique bilingue anglais-français dont elle a ouvert la filiale bordelaise.
Elle avait son bureau dans un espace de co-working aux Chartrons.

Avez-vous pu approcher son entreprise ?

Oui

Que retenez-vous de cette expérience ?

Ce qu’elle m’a appris concernant l’utilisation de certains logiciels de design (Adobe, etc)

Bordeaux Alumni…. et après ? Comment voyez-vous la suite ?

Je suis à Paris III (La Sorbonne Nouvelle) où j’ai été prise en master professionnel en journalisme.
Je ne sais pas encore si je vais rester à Paris à la fin de mes études, si je rejoins mon copain à Bordeaux ou si je rentre en Californie, à New York, la Nouvelle-Orléans.
Il est fort possible que je reste en France en tant que journaliste. Je voudrais bien être correspondante à Paris pour un journal américain, soit en presse écrite soit en radio.

Guillemette Bardinet