Sélectionner une page

Comment avez-vous entendu parler du programme Alumni

Par Caroline Pédezert qui travaille pour Invest in Bordeaux

Présentez-nous votre filleul ?

J’ai eu deux filleuls, deux juristes en master de Droit International.
La relation a été très différente d’un filleul à l’autre mais toujours enrichissante.
Je suis tombé sur deux profils très motivés par les études, un Africain et une Belge d’origine turque, tous deux conscients de leur chance d’avoir intégré un tel programme.

Qu’avez-vous fait avec ou pour vos alumni?

Je les ai rencontrés très régulièrement, je les ai pris en stage, les ai conseillés sur leurs CV, leurs études, je leur ai fait rencontrer du monde.
J’ai invité mon premier alumni à dîner et à passer Noël avec nous en famille.

Une anecdote liée à votre filleul ?

Donald qui était ivoirien a mangé des huitres et du foie gras pour la première fois avec nous le jour de Noël.

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à Alumni?

Je trouvais l’expérience intéressante car elle permet de décloisonner et d’avoir une ouverture sur la jeunesse, notamment internationale.
Cette relation exclusive dans un cadre formalisé permet à deux mondes qui ne se côtoieraient pas de se rencontrer et de profiter de la relation.
Et puis je trouve important de donner de son temps et de se faire ambassadeur de sa ville.

Quel sens donnez-vous à cette démarche?

Je suis très pro parrainage.
C’est un système vertueux assez simple à mettre en œuvre.
C’est une chance d’avoir un parrain.
C’est également une chance d’avoir un filleul qui nous apporte sa fraîcheur.
J’ai toujours des relations avec mon premier filleul (pour la deuxième c’est trop tôt pour dire) qui m’a encore appelé il y a 3 jours, il m’appelle parrain.
Je recommencerai l’aventure.